VISITER LA COTE D’IVOIRE
Formalités
Un passeport en cours de validité et un visa biométrique  sont obligatoires pour entrer en Côte d'Ivoire. Les demandes de passeport et visa et  doivent être directement adressées à l’Ambassade de Côte d’Ivoire du lieu de résidence du candidat au voyage en Côte d’ Ivoire ou, par internet sur le site : www.snedai.ci.
Information de l'aéroport
L'aéroport international de Port-Bouët est à 16 km du centre d'Abidjan (environ 25 mn). On peut y changer de l'argent et des chèques de voyages tous les jours de 7 h 30 à 22 h. Certains grands hôtels offrent leur propre service de navette. Les bus n° 6, 12, 29 et 62 assurent la liaison avec le quartier du Plateau cependant le soir, il est préférable de prendre un taxi.
Santé
Vaccination obligatoire contre la fièvre jaune. Il est conseillé d'être aussi vacciné contre le tétanos, la poliomyélite, la diphtérie, la fièvre typhoïde, l'hépatite A et B. Mesures anti-paludéennes : la Côte d'Ivoire est maintenant classée en zone impaludée niveau 3, la plus dure. En matière de prévention, se munir d'une trousse à pharmacie très complète et  respecter certaines règles d'hygiène : ne pas se baigner en eaux douces stagnantes, se protéger du soleil et des moustiques.

Climats et saisons
Dans le sud du pays, le long de la région côtière, climat équatorial : températures de 29 à 32 °C, humidité de 80 à 90 %, pluies abondantes. Il y a quatre saisons : la grande saison des pluies, de mai à juillet ; la  petite saison des pluies, en octobre et novembre ; dans l'intervalle, deux saisons sèches (de décembre à fin avril et de mi-juillet à fin septembre).
Dans le centre et le centre-nord (zone de forêts et partie méridionale des savanes), climat tropical humide : températures de 27 à 29 °C, humidité 70 %, pluies abondantes. On distingue aussi quatre saisons : saison des grandes pluies, de mi-juillet à mi-octobre ; petite saison des pluies, de mi-mars à mi-mai ; dans l'intervalle, deux saisons sèches (de novembre à mi-mars et de mai à mi-juillet).
Dans le nord de la zone des savanes : climat de type soudanais, avec deux saisons : saison des pluies, de juillet à novembre ; saison sèche, de décembre à juin.
En conclusion, la période la plus agréable pour un séjour se situe durant la saison sèche, de décembre à mars.

Circuler sur place
En taxi : dans les grandes villes de Côte d'Ivoire, on trouve de nombreux taxis. Ils sont de couleur rouge à Abidjan et généralement équipés de compteurs. Si tel n'est pas le cas, il faut négocier le prix avant de démarrer (prix d'une course moyenne : entre 1 000 et 3 000 FCFA). Il y a également des taxis collectifs appelés les "woro-woro", dont la course est à 300 ou 500 FCFA.
En bateau : à Abidjan, la compagnie de transport Sotra assure des liaisons de bateaux-bus entre le quartier du Plateau et le quartier de Yopougon. C'est un moyen de transport agréable, bon marché et qui permet d'avoir une vue intéressante de la ville.
En car : il existe plusieurs compagnies de cars (UTB et STIF étant les plus réputées) qui vous permettront de voyager à moindre coût à travers tout le pays. Le réseau est dense et bien organisé. Suivant le trafic et la destination, le type des véhicules varie de la Peugeot 504 version break (taxi-brousse) au grand car avec vidéo et climatisation. A Abidjan, les différentes sociétés de transport sont regroupées dans les gares d'Adjamé et de Treichville.
En train : il n'existe qu'une seule ligne, qui suit un axe sud-nord Abidjan-Bouaké-Bobo-Dioulasso-Ouagadougou (Burkina Faso). Le train express, qui part les mardi, jeudi et samedi matin, est assez propre et très rapide. Sinon, deux trains quotidiens, "La Gazelle" et "Le Bélier". Choisir une place en première classe. Renseignements au 20 21 02 45.
En voiture : on trouve des sociétés de location à l'aéroport d'Abidjan ou dans le centre-ville : Africar, Avis, Europcar, Budget, etc. Cependant, la plupart des axes sont des pistes ne comportant aucune indication, il vaut mieux avoir un 4 x 4 avec chauffeur. En cas d'accident, si l'on renverse un piéton hors d'une agglomération, il est préférable d'aller immédiatement au poste de police le plus proche, plutôt que de rester sur place. Hormis le permis de conduire international, l'assurance automobile est obligatoire et indispensable.

Gastronomie
Les Ivoiriens sont réputés être de fins gourmets. Parmi les plats nationaux, le plus connu est le foutou, une pâte à base d'igname, de banane plantain  ou de manioc, arrosée de diverses sauces à l'arachide ou à la graine de palme dans lesquelles on cuit soit de la viande soit du poisson. L'attieké est une sorte de couscous de manioc, qui se déguste également avec des sauces au poisson ou à la viande. Mais la plupart du temps, on vous proposera en plat principal du poulet braisé  ou du kedjenou, poulet cuit à l'étouffée avec des légumes et accompagné de riz. Les arbres de la savane, comme le néré et le karité, donnent des fruits très utilisés. De la gousse du néré, on tire un condiment, le soumbala. De manière générale, la cuisine ivoirienne est très épicée, un peu moins pimentée dans les restaurants d'Abidjan, pour plaire aux palais occidentaux. A Abidjan et dans la plupart des villes, on peut manger à des prix imbattables dans de multiples gargotes de cuisine familiale, les "maquis par terre", la plupart tenues par des femmes. Il existe aussi des gargotes de qualité supérieure, les "maquis-ministres", qui sont parfois de pures merveilles. Rayon boissons, on goûtera le bandji, un vin de brousse extrait de la sève du palmier  ou encore le dolo, une bière extraite de mil ou de sorgho.

UN POTENTIEL TOURISTIQUE NATUREL IMPRESSIONNANT
Le Parc animalier d'Abokouamékro
Situé à 60 km de Yamoussoukro, le Parc National d'Abokouamékro s'étend sur une surface de 21 000 ha.
Le Parc National d'Asagny
Situé à 100 km d'Abidjan à l'embouchure du Bandama, le parc national d'Asagny s'étend sur 19 400 ha. Entouré d'eau à 60 %, la flore y est constituée essentiellement de savane marécageuse avec des palmiers.

Le Parc National du Banco
En plein coeur d'Abidjan, en bordure de l'autoroute du Nord, le parc national du Banco est un exemple de forêt primaire (Arboretum), avec des espèces de bois devenues rares (acajou, avodirés...). Au Banco, vivent de nombreux oiseaux et des singes. Des pistes pour promeneurs y ont été aménagées. De par sa proximité avec la ville, de nombreux hôtels de toutes les catégories permettent un hébergement facile.
Le Parc National de la Comoé
Fondé en 1968 sous le nom de "Réserve de Bouna", le parc national de la Comoé situé à Bouna est à n'en pas douter le plus ancien et le plus important parc de Côte d'Ivoire, de par sa superficie 1 150 000 ha, avec 500 km de pistes carrosables.

Le Parc marin sur les Iles Ehotilés
Situé près d'Adiaké, sur la lagune Aby, à l'Est d'Abidjan, les îles Ehotilés se composent en fait de six îles : Monobahas, Niamoan, Bitouaté, Élouamé, N'Gremon et Bossou Assouan. En 1974 est crée sur ces îles, un parc marin qui a pour vocation première de permettre aux historiens et archéologues du monde entier d'effectuer des recherches scientifiques, en toute tranquilité. D'une superficie totale de 500 ha, la faune est surtout aquatique. On y accède par voie terrestre (Adiaké) et par la lagune Ebrié.

Le parc National de La Marahoué
D'une superficie de 101 000 ha, et situé dans la région de bouaflé, au Nord de la route goudronnée (venant de Yamoussokro et allant à Daloa)
Le parc du Mont Péko
Renommé pour sa végétation (flore de montagne et de forêt primaire) et situé à quelques kilomètres de Duékoué, ce parc tire son nom du Mont Peko, qui a une altitude supérieure à 1000 m. Il est d'une superficie de plus de 34 000 ha.

Le parc National du Mont Sangbe
Situé au Nord de Man et à l'Ouest du fleuve Sassandra, à cheval entre Biankouman et Touba, le Parc National du Mont Sangbé, avec ses 95 000 ha de superficie, est la prolongation touristique de Man et de sa région. Se trouvant entièrement localisé en zone montagneuse (14 sommets de plus de 1 000 m dans les monts toura), ce parc est particulièrement giboyeux et couvert d'une flore très dense.
Le Parc National de Tai
Le Parc National de Taï (350 000 ha) tire son nom de la ville de Taï, située le long de la frontière ouest, au sud de Guiglo et à une centaine de km au Nord de Tabou. Classé "Patrimoine mondial" dans le programme MAB des Nations Unies, il renferme de nombreuses essences forestières de qualité et est un lieu de recherche scientifique et médicinal réputé.
LES SITES TOURISTIQUES
La Côte d'Ivoire regroupe 19 régions qui regorgent d'énormes potentialités dans différents types de tourismes.

La Région du Bas-Sassandra
Située au sud-ouest de la Côte d'Ivoire cette région abrite le second port du pays et des villes comme Grand-Béréby, San-Pedro et Sassandra. Ces villes offrent toutes les possibilités de sports nautiques et lacustres.

 

La Région de l'Agnéby
Encore appelée pays " Abbey ", cette région dont la principale ville est Agboville, est très riche sur le plan culturel avec ces vieilles maisons coloniales et son église des années 30.

La Région du Haut-Sassandra
Elle a pour capitale Daloa et elle possède un centre artisanal très intéressant. A Gbétitapéa, on trouve les singes sacrés et à Vavoua, le musée des traditions.

La Région des Lacs
Elle abrite la capitale politique (Yamoussoukro) de la Côte d'Ivoire depuis 1983. C'est le lieu le plus indiqué pour un tourisme religieux, thématique, sportif et de congrès.
A Yamoussoukro, on trouve :
La Basilique Notre Dame de la Paix,
La Fondation Félix Houphouet Boigny avec son auditorium de 4000 places,
Le lac aux crocodiles,
L'hôtel le Président avec son terrain de golf à 18 trous.

La Région des Lagunes
C'est la région qui a offert le premier port ivoirien sur le golf de Guinée. Sa capitale, Abidjan est devenue l'une des plus belles villes d'Afrique. On peut y pratiquer toutes les formes de tourismes. Dans cette région on trouve des villes comme :

Abidjan : Avec ses quartiers composites, les uns modernes, les autres anciens, lui confèrent un attrait tout particulier, à la fois étonnant et attachant.
Bingerville : Construite en hauteur et dominant la lagune ébrié, cette ville est une véritable cité-jardin.
Outre le Palais du gouverneur et le Musée Charles Combes, on peut voir aussi le jardin botanique qui offre un spectacle très beau, rien qu'à l'image de la Cathédrale de bambous.
Grand-Lahou : A l'ouest du littoral, cette ville est propice au tourisme écologique et balnéaire.
Confort et harmonie avec le site, détente et activités diverses restent le dénominateur commun des installations exceptionnelles de Grand-Lahou à proximité d'un littoral idyllique.
Jacqueville : Ancien comptoir du peuple lagunaire " Alladian ", cette ville tire sa richesse de la commercialisation du bois d'ébène, de l'huile de palme et notamment de l'ivoire.
A l'ouest de la ville se trouve le plus grand et le plus beau village lacustres de toute la Côte d'Ivoire.

La Région de la Marahoué
Avec son parc national de la Marahoué (100.000 hectares) où vit une faune variée, cette région offre un tourisme écologique puis un tourisme thématique très riche avec la danse du Zaouli.
La Région des 18 Montagnes
A l'ouest de la Côte d'Ivoire, dans les hauteurs clémentes, le monde envoûtant des peuples Dan et Wè a investi une nature grandiose.
Carrefour du pays Dan, Man, la ville aux 18 montages, repose dans un écrin de bosquets de bambous, de points d'eau et de cascades.
On peut escalader certaines montagnes comme le mont Tonpki. Situé à 25 km du centre-ville, il offre un beau panorama de la ville de Man.
A Gouessesso, lieu de mosaïque culturelle on découvre des chasseurs " initiés " et protégés par des masques spéciaux qui sont accompagnés de leurs musiciens.
La Région du Moyen Comoé
Sa capitale est Abengourou où se trouve la très célèbre résidence du gouverneur Binger ainsi que le musée d'arts traditionnels.
C'est pendant la fête annuelle des ignames que la ville retrouve son faste du passé.

La Région du Sud-Comoé
Cette région regorge d'énormes potentialités en tourisme balnéaire et culturel avec Aboisso, Krindjabo, siège du Royaume vous accueille dans la pure tradition AKAN.
Assinie, petit village situé à une heure d'Abidjan, à l'est du littoral. Il bénéficie d'un environnement privilégié avec ses longues plages de sable fin.
Grand-Bassam, première capitale de la Côte d'Ivoire, est une ville très ancienne, constituée de vieille maisons coloniales.
Station balnéaire très cotée et lieu privilégié de villégiature des abidjanais, elle possède un musée national du costume et un carnaval (l’Abissa).

La Région des Savanes
Située au nord de la Côte d'Ivoire, la région du peuple Sénoufo a pour capitale Korhogo qui rassemble de nombreux artisans.
Ils possèdent beaucoup de richesses artisanales qui s'exercent dans tous les domaines : poterie,  tissage,  sculpture,  forge.
On trouve aussi de belles mosquées anciennes, résultat des nombreuses invasions malinkés musulmanes.

La Région du Sud-Comoé
Située au centre de la Côte d'Ivoire, cette région a pour capitale Bouaké (véritable marché agricole) qui la deuxième ville du pays.
Réputée pour son carnaval, la ville de Bouaké offre beaucoup d'autres curiosités : le marché,  la cathédrale, les mosquées et  de nombreux ateliers d'artisans.

L'originalité et la qualité des potières de la ville de Katiola dénotent d'une maîtrise et d'une connaissance de l'art céramique de la population.

 

La Région du Worodougou
Dans cette région hérissée de pittoresques dômes granitiques ayant pour capitale Séguéla, on peut visiter les gisements de diamants de Tababouko et de Bobo ainsi que les mosquées anciennes de Mankono.

La Région du Zanzan
Au nord-est de la Côte d'Ivoire, limitée par le Ghana et le Burkina-Faso, cette région est le pays des Lobis (peuple de la Côte d'Ivoire).
Les Lobis sont des chasseurs aux flèches empoisonnées, peuple très attaché à ses traditions ancestrales, peu ouvert à la modernisation.
Au sein de cette région nous avons :
- le parc national de la Comoé ou Reserve national de Bouna, le plus important par sa superficie (1.115.000 ha et 500 km de pistes carrossables) mais aussi par la diversité de sa faune,
- les potières de Motiamo,
- les crocodiles et les singes sacrés de Torossaguehi,
- la rivière aux poissons sacrés avec son python " APPAPÊ " à Krebio-Domiambra,
- la mosquée et le doigt du chef venant de la Mecque de Bondo-Dioula,
- les poissons sacrés Sapia.

LES FÊTES TRADITIONNELLES
Août : Sortie du Poro chez les Sénoufo
 
Variable : Fête des générations dans les villages Ebrié, Attié, et Adioukrou
 
Octobre, novembre, décembre, janvier : Fête des ignames chez les Agni, Abron, Koulango
 
Novembre : Abissa à grand - Bassam
 
2ème quinzaine de février : Katana festival à Korhogo
 
Week-end de pâques : Fête du Dipri ou fête du nouvel An chez les Abidji
 
De janvier à avril : Fête des masques chez les Dan et Wê à l'ouest

Fêtes et cérémonies en Côte d’Ivoire

1 / La fête des ignames

L'igname, originaire du Ghana fut introduite en Côte d'Ivoire par le peuple Akan, lors de leur migration dans notre pays. C'est pendant la traversée de la grande forêt que le précieux légume leur fut le plus utile pour lutter contre la famine.
L'igname est fêtée aujourd'hui au mois de février par les 11 tribus Akan, pour célébrer la fin de l'année et le début de l'année nouvelle. Ce jour là, le Roi, paré d'or, entame une procession au cours de laquelle les symboles du pouvoir royal s'exécutent à la danse du "Kénian-pli".
Après une douche purificatrice, des sacrifices sont exécutés. Une partie des offrandes sera brûlée tandis que l'autre sera partagée entre les différents participants comme symbole de l'union des morts et des vivants.

2 / Le Dipri
Venu de Gomon, le Dipri est la commémoration du sacrifice de Bidyo, fils d'un paysan touché par la famine, qui sur les conseils d'un génie a découpé son fils en morceau avant de l'enterrer ; mais qu'elle ne fut pas sa surprise de découvrir au matin qu'un champ d'igname avait poussé à l'endroit même où il avait enterré son fils.
Depuis, chaque année à la fin du mois d'Avril, les Angré Kpone ou mangeurs d'âme se réunissent autour du lac pour faire des incantations magiques, en vue d'éloigner le mauvais sort du village. Les femmes se réunissent nues dans le village pour neutraliser les maléfices et accomplir le rite du Sokroyibé. Quand elles ont terminé, le village peu à peu revit, tout le monde peut sortir de sa maison. Toute la journée, le bien et le mal vont s'affronter ; au coucher du soleil, le mal est vaincu et les Abidji peuvent se purifier dans le lac kporon.

3 / L'Abissa
Coutume bassamoise, la fête de l'Abissa se déroule au mois de Novembre pendant une semaine.
A l'origine un ancêtre avait découvert en pleine brousse des morts et a exécuté à ce moment là une danse macabre. De retour au village, l'homme fit instituer cette danse en hommage aux morts. Dès lors le grand tam-tam " Edougbele "sort lors de la grande fête pour rythmer la fanfare, dans le quartier France. Le septième jour, on raccompagne le tam-tam en émettant des vœux et la fête se poursuit en un grand bal costumé.

4 / Sociétés secrètes chez les Dan
Chez les Dan, parallèlement à l'éducation religieuse, existe nombre de sociétés secrètes et rigoureuses dont les membres capables d'assumer leurs fonctions doivent garder l'anonymat. La plus connue le Gor permet à celui qui la pratique de se transformer en léopard afin de faire régner l'ordre et la justice dans la société. Ce pouvoir est identifié par un bâton et un grand couteau.
Le Gor doit aussi faire respecter les masques et les institutions. Le Gor par sa haute fonction doit toujours être maître de ses pouvoirs, et ne jamais se quereller.

5 / Origine des cauris
C'est au 18e siècle que le cauris, petit coquillage de l'Océan Indien, fit son apparition en Côte d'Ivoire.
Jusqu'au début de la seconde guerre mondiale, le cauris a fait la fortune de ceux qui en possédaient beaucoup comme par exemple les Lobi qui l'utilisent encore parfois. Mais aujourd'hui, le cauris est passé de monnaie à part entière à objet d'ornements divers tels que costumes, masques ou encore sacs et ceintures.
Le cauris a traversé la Côte d'Ivoire d'Est en Ouest, jusqu'à Man et Boundiali, mais aujourd'hui, on le retrouve un peu partout sur l'ensemble du territoire ivoirien.

LE TOURISME D'AFFAIRES
Excellente destination congrès, la Côte d 'Ivoire dispose de nombreux équipements de conférence tant à Abidjan qu'à Yamoussoukro.
Elle présente plusieurs atouts qui en font la meilleure destination ouest africaine pour les congrès et les séminaires: des infrastructures hôtelières de classe internationale,  un réseau de communications des plus modernes avec :

La Côte d'Ivoire dispose entre autre de l'auditorium du Palais des Congrès d'Abidjan de 2800 places et de celui de la Fondation Internationale Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro de 4000 places.
Le Palais de la Culture d'Abidjan présente de bonnes possibilités.
De plus, de nombreuses salles sont disponibles dans les hôtels de haute catégorie et complètent cette offre diverse et variée.

AUTRES FORMES DE TOURISMES
- Le tourisme balnéaire :
Long d'environ 500 km avec des plages classées parmi les plus belles et les plus contrastées de la sous-région, le littoral ivoirien, présente des plages de sable fin avec des plantations de cocotiers au sud-est (Abidjan - Bassam - Assinie) et une succession de falaises rocheuses et de criques sableuses sur les côtes du sud-ouest (Lahou - Fresco - Sassandra - San Pédro, etc ... 300 000 hectares de plans d'eau lagunaires viennent s'y s'ajouter, permettant la pratique de tous les sports nautiques et lacustres.

- Le tourisme thématique et culturel :
Avec 50 ethnies, le pays présente une très riche diversité culturelle. La tradition qui rythme la vie joue un rôle primordial dans l'attrait touristique. Du nord au sud, la Côte d'ivoire compte de nombreux monuments historiques, aptes à attirer la soif de curiosité et de savoir du touriste. Les mosquées de Kong et de Kawara, le quartier de France à Bassam, la maison des Gouverneurs à Bingerville sans oublier les monuments modernes, comme la Basilique Notre Dame de la Paix à Yamoussoukro, la Fondation Houphouët Boigny pour la recherche de la paix, les grandes écoles de Yamoussoukro à l'architecture futuriste.

- Le tourisme écologique :
La Côte d'Ivoire dispose de huit parcs nationaux (Azagny - Comoé - Banco - Tai - Marahoué - Péko - Mont Sanglé - les îles Ehotilés). A ces parcs viennent s'ajouter les réserves de Divo, du Mont Nimba, Lamto et le parc animalier d’Abo Kouamékro. Ces huit parcs couvrent 6 % de la superficie totale de la Côte d'ivoire.

- Le tourisme sportif :
Les sports nautiques, les parcours de golf d'Abidjan, de Bouaké, San Pédro et Yamoussoukro, le marathon d'Abidjan et de nombreuses manifestations sportives, ne pourront laisser insensible le touriste sportif.
- Le tourisme religieux :
Inaugurée et consacrée par le Pape Jean Paul II en 1990, la Basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro a déjà reçu plus d'un million de visiteurs. Elle représente pour le touriste venant en Côte d'ivoire, un point de passage obligé, qui le ravira.

- Le Tourisme jeune et social :
Des structures existent pour organiser pour les jeunes venus du monde entier des camps de vacances attrayants au contact de la nature et des populations africaines.
L’île Boulay
Située dans la lagune d'Abidjan, à proximité immédiate du port Autonome et de l'Océan Atlantique, l'île Boulay est un lieu de villégiature recherché depuis plus de 30 ans en raison de sa nature préservée, de son isolement et aussi de sa proximité immédiate du centre ville d'Abidjan (15 minutes en bateau). Des particuliers y ont installé des paillottes plus ou moins luxueuses à leurs frais et payent aux chefs coutumiers un loyer pour le terrain. L'endroit est idéal pour les sports nautiques et en particulier le ski nautique. Des champions internationaux s'y sont entraînés.
Balade + escale de 2 heures : 65.000 F pour un petit bateau et 82.000 pour un grand bateau : tarifs Sotra
Location ou transfert (dépôt à une heure fixe à un endroit X et ramassage à une heure fixe) pour une journée : 165.000 F pour un petit bateau et 185.000F pour un grand bateau) : tarifs Sotra
1.500 F/ personne pour la plage privée