Glossaire de l'Economie de l'Environnement

Commence par Contient Terme exact Se prononce comme Rechercher dans tous les glossaires
Tout A B C D E F G I L M N O P Q R S T U V
Terme
Bénéfices de l’adaptation

Coûts des dommages ou bénéfices obtenus à la suite de l’adoption et de la mise en œuvre de mesures d’adaptation.

Bien dit

"Bien qui ne peut être consommé que par un nombre limité d'utilisateurs (membres du club) ; il n'est pas consommable par tout un chacun (voir "bien public"), mais on ne peut pas non plus empêcher facilement quiconque de le consommer. Exemple de bien dit "de club" : utilisation des routes."

Biens publics (biens collectifs)

"Bien ou service pour lequel les droits de propriété ne sont pas définis. En l'absence d'intervention des pouvoirs publics, les biens d'environnement (air pur, par exemple) sont généralement considérés comme des biens publics." "Qu'est-ce qu'un bien public ? Nous savons que le marché représente la façon la plus efficace de produire des biens privés. Mais le marché repose sur un ensemble de biens qu’il est lui-même est incapable de fournir : les droits de propriété, la prévisibilité, la sécurité, la nomenclature, etc. Il faut souvent que ces biens soient fournis par des mécanismes non marchands, ou des mécanismes de marché modifiés. En outre (…) les gens ont besoin de biens publics (comme la paix) et de biens privés, qu'ils participent ou non à des transactions commerciales. D’après la définition classique, les biens publics entraînent des bénéfices que l'on ne peut pas réserver facilement à un seul ''acheteur'' (ou à un ensemble ''d'acheteurs''). Ces biens, une fois fournis, restent à la disposition de tous (par exemple les noms de rues, ou un environnement propre). Sans l'existence d'un mécanisme d'action collective, ces biens risquent d'être produits en quantité insuffisante. (…)Une autre façon, plus stricte, de définir un bien public est d’examiner la façon dont le bien est consommé, comme indiqué plus haut. Si la consommation du bien en question n'est interdite à personne, il s'agit d'un bien "non exclusif". S'il peut être consommé par beaucoup sans risque de se raréfier, il s'agit alors d'une "consommation sans rivalité". Les biens publics purs, qui sont rares, possèdent ces deux attributs, tandis que les biens publics impurs n'en sont dotés qu'à un moindre degré, ou n'ont que l'une ou l'autre de ces qualités." Le PNUD introduit la notion de "biens publics globaux" à gérer dans le cadre de la mondialisation économique, on pourrait aussi proposer la notion de "biens publics locaux" qu'il convient aussi de protéger et valoriser dans ce même contexte de mondialisation. "Une des caractéristiques premières des enjeux environnementaux est d'affecter des biens qui ne sont pas privatifs, mais sont plutôt des "biens collectifs purs". Ces derniers sont à la fois sources de bien-être - en ce qu'ils procurent des richesses matérielles (productions végétales, animales, matériaux, esthétique, agrément, etc.) et support de fonctions sans lesquelles la question du bien-être ne se poserait pas (capacité de reproduction de cycles naturels, fonction d'épuration, de régulation, etc.). Nous parlerons plutôt d'actifs environnementaux à leur sujet."

Glossary 3.0 uses technologies including PHP and SQL