Glossaire de l'Economie de l'Environnement

Commence par Contient Terme exact Se prononce comme Rechercher dans tous les glossaires
Tout A B C D E F G I L M N O P Q R S T U V
Page:  1 2 Next »
Terme
Calotte polaire

Masse de glace en forme de dôme recouvrant une zone d’altitude d’une superficie beaucoup plus petite que celle d’un inlandsis.

Capacité

"Ensemble de moyens (financiers et humains, techniques, administratifs, sociaux, économiques et scientifiques) mis en place en vue d'accomplir un objectif déterminé. Cette question est plus particulièrement sensible pour les pays en développement." Commentaire : selon le contexte on parlera de construction de capacité ou de mise en place de capacité, ou simplement d'activités de renforcement de capacité

Certification

"Qu'est-ce que la certification? La certification consiste à attester qu'un produit est conforme à une référence, qui peut être soit une norme, un agrément ou un règlement particulier. La certification est délivrée par un organisme". "Attestation selon laquelle le système d'assurance de la qualité d'une entreprise est conforme à la norme 9001 de l'ISO." Note : L'ISO précise que le "comité du conseil de l'ISO pour l'évaluation de la conformité" préfère utiliser l'expression "enregistrement" dans le cas des systèmes qualité, plutôt que le terme "certification" qui serait tout aussi correct, différenciant ainsi clairement l'activité d'enregistrement des systèmes de qualité de la certification des produits. Toutefois, en pratique, les termes "enregistrement ISO 9001" et "certification ISO 9001" sont indifféremment utilisés. Il est difficile en effet de rejeter le terme "certification" et ses dérivés (certificat et certifié) puisque la preuve de l'enregistrement se présente sous la forme d'un certificat d'enregistrement."

Cible environnementale

"exigence de la performance détaillée, quantifiée si cela est possible, pouvant s'appliquer à l'ensemble ou à une partie de l'organisme, qui résulte des objectifs environnementaux et qui doit être fixée et réalisée pour atteindre ces objectifs"

Comportement rationnel

"Le comportement des agents économiques (entreprises, ménages) est supposé rationnel, la rationalité étant ici définie comme une orientation systématique vers l'obtention de la satisfaction la plus élevée des consommateurs (bien-être) et de la maximisation du revenu privé de l'activité pour les producteurs (profit)."

Comptabilisation du coût complet

"Une méthode permettant de tenir compte de l'ensemble des coûts et des avantages associés aux valeurs environnementales, économiques et sociales dans la prise de décision."

Comptabilité environnementale

"Système d'information efficient sur la raréfaction des éléments naturels liée à l'activité de l'entreprise, servant à restreindre cette raréfaction et à informer les tiers." Conformité (respect des obligations, observance) La vérification de la conformité aux engagements de Kyoto est un point essentiel. Les modalités de la vérification, l'organisation qui en sera chargé, les sanctions possibles font l'objet d'âpres discussions. Un système global d’application automatique une fois les règles expressément établies, un système dissuasif et gradué ouvrant la possibilité de sanctions et de pénalités et notamment demandé par la France. Sur le plan des responsabilités, l'une des questions est de savoir si l'acheteur d'une unité de quantité attribuée peut l'utiliser si la partie qui les lui vend n'est pas en conformité, c'est à dire pratique une survente. Quelles sont les règles de responsabilité, si une partie a transféré des droits en quantité qui la met en non-conformité ? Les différents systèmes en discussion identifient le rôle de l'attention et celui de la responsabilité, rôles assumés soit par l'acheteur soit par le vendeur. Les différentes règles de conformité doivent être évaluées selon les critères : d'efficience environnementale, du coût pour les participants, de la confiance du marché, des exigences institutionnelles et de la faisabilité. Commentaire : Nous nous trouvons actuellement devant des traductions diverses du terme anglais et le débat n'est pas encore clos sur le terme à préférer en définitive.

Consentement à payer

"Pour que les choix entre diverses façons de promouvoir le bien-être humain puissent se faire sur une base cohérente, les économistes cherchent depuis de nombreuses années (...) à exprimer en termes financiers une large gamme d'incidences sur l'homme et l'environnement. Parmi ces techniques, la plus couramment utilisée repose sur le consentement observé à payer le prix de divers avantages non marchands. La notion de consentement à payer donne une indication (...) des ressources mobilisables et de la sensibilisation de l'opinion à un moment donné. Les valeurs retenues peuvent évoluer avec le temps. (...) L'interprétation et l'application au problème du climat de la notion de consentement à payer et d'autres notions sont susceptibles d'évoluer."

Consigne

"Les systèmes de consigne sont des versements effectués lors de l’achat d’un produit (emballage, par exemple). Le montant versé (consigne) est remboursé, intégralement ou partiellement, lorsque le produit est restitué au négociant ou à une installation de traitement spécialisée. (…) Anciennement, les systèmes de consigne s’appliquaient aux récipients de boissons en verre. Depuis quelques dizaines d’années, d’autres produits sont venus s’y ajouter. Sont notamment visés diverses formes de conditionnement alimentaire (boîtes, bouteilles en PET), les batteries (de voiture), les ampoules électriques, les récipients de pesticides, les appareils ménagers et les lubrifiants."

Construction de capacité

voir capacité

Coût de transaction (coût d'échange)

"Prix du face à face entre deux agents économiques, individuels ou collectifs." Les coûts explicites ou cachés associés à une transaction donnée. Les coûts de transaction sont évoqués à propos du coût de fonctionnement d'un système de régulation environnemental : mesures réglementaires ou fiscales, ou outils du marché. On peut introduire dans ce contexte la notion de coût de transaction externe entre acteurs économiques, mais aussi de coût de transaction interne. Par exemple au sein de l'entreprise, l'évolution des contraintes environnementales notamment par le biais de taxe, n'implique pas toujours un changement de comportement (agent économique rationnel) du fait du coût d'accès à l'information environnementale pertinente. La taxe mutualiste, gérée dans les Agences de l'Eau, maintenait une connaissance commune des solutions et des techniques qui diminuait les coûts de transaction.

Coût total

Tous les éléments du coût ajoutés. Le coût total pour la société comprend les coûts externe et privé, qui, ensemble, constituent le coût social.

Coût unitaire de dépollution

"Une méthode proposée par Kenneth King pour comparer l'efficacité relative des projets proposés au FEM. Les coûts unitaires de dépollution sont calculés en prenant le coût total actualisé du projet, moins les bénéfices nationaux actualisés, divisés par la quantité physique des émissions évitées ou absorbées par le projet. Si la valeur totale du coût unitaire de dépollution de gaz à effet de serre est plus grande que le coût unitaire de dépollution, le projet est économiquement justifié."

coût-efficacité

"Ce principe vise à réduire au minimum les coûts de la réalisation d'un objectif donné (d'environnement, par exemple). Ce principe est un critère d'efficience qui correspond à un "optimum de second rang", auquel on recourt souvent quand une analyse complète des coûts-avantages n'est pas possible." voir analyse coût-efficacité.

Coûts d'opportunité

"Coûts qui se présentent lorsqu'une utilisation restreint les autres utilisations possibles d'une ressource limitée (l'affectation de terres à des infrastructures empêche par exemple un autre usage, tel que les loisirs). L'importance chiffrée d'un coût d'opportunité correspond à la valeur d'une ressource dans le cas de son utilisation possible la plus productive."

Page:  1 2 Next »
Glossary 3.0 uses technologies including PHP and SQL